L'artiste plasticien

Parcours

La presse

Instantanés

 
 
Algérie Sculptures


El Watan
Décembre 2000

Une galerie d'art à hauteur d’homme

TABLEAUX DE PEINTURE ALGERIE

Une galerie d’art personnelle a ouvert ses portes, jeudi dernier à Bir Mourad Rais, en présence de diplomates et d’artistes. Cet espace de création est unique dans son genre dans la mesure où seules les toiles de l’artiste en question seront accrochées.

Située à Bir Mourad Rais, cette galerie personnelle d’art est aménagée dans un style contemporain. L’espace de la salle d’exposition va en longueur. Les plafonds sont de couleur blanche, l’encadrement des fenêtres et des portes est jaune et le mobilier est noir. Le tout baignant dans un variateur d’intensité lumineuse. Aux cimaises sont accrochées une vingtaine de tableaux, signés de l’artiste Farid Benyaa.

Ce dernier est diplômé depuis 1973 de l’Ecole nationale d’urbanisme et d’architecture d’El Harrach. La passion des arts plastiques, il l’a acquise tout jeune. Si par le passé l’artiste s’est contenté de peindre la beauté de la femme, La Casbah et le Hoggar, dans cette nouvelle exposition de peinture, il nous invite à découvrir avec un grand ravissement un thème inédit, celui de l’abstraction lyrique. Comme il le dit si bien, les gens connaissent mes travaux à travers les femmes, exécutés à l’encre de chine, mais pas à travers la peinture abstraite. La peinture lui permet d’avoir du recul et d’aiguiser quelque part sa sensibilité plastique. Le regard du visiteur est happé par les tracés esquissés et la forme des tableaux.

Artiste contemporain algérien Farid BENYAA

En effet, dans cette exposition de peinture, Benyaa a choisi de privilégier les formes dans ses toiles. Mis à part les dimensions habituelles des tableaux, on retrouve les formes verticales qui épousent parfaitement les longueurs de certains murs de la galerie. Dans ce déferlement de tracés, le peintre nous fait découvrir un monde fait de femmes, de chameaux, de Touareg et de formes géométriques. En témoignent les titres suivants, La traversée du désert, La gardienne du temple, L'invisible, Empreinte et Particule. A travers la femme, l’artiste essaye de montrer qu’elle est le barycentre de la société.

Galerie contemporaine Algérie

Les connaisseurs de la peinture de Benyaa remarquerons qu’il s’est initié à une nouvelle peinture qui ne remonte qu’à seulement quatre mois. Une peinture à l’acrylique qui correspond à son tempérament . Celle-ci a l’avantage d’être une peinture contemporaine ayant la caractéristique de sécher très vite et de donner des effets fabuleux. Il travaille aussi bien sur le papier, le bois que sur la toile. Farid Benyaa reconnaît que la technique à l’encre de Chine est une technique minutieuse.

«J’avais un besoin profond de m’engager dans une peinture qui puisse libérer ma main. Quant à la peinture abstraite, elle me pousse à plus de spontanéité et à des gestes plus larges.» Interrogé sur cette redondance du jaune, il explique que c’est sa couleur de prédilection dans laquelle il trouve beaucoup d’énergie. Cette forme d’éclatement et de gaieté permet de le libérer. En outre, la précision du détail revêt un cachet particulier. A ce propos, il avoue que la première chose qu’il a appris à l’EPAU, c’est que la diable est dans le détail. C’est en faisant un tour d’horizon, qu’on se rend compte seulement qu’il a un côté perfectionniste. Selon notre interlocuteur, l’interprétation d’une œuvre incombe à l’acquéreur. Il faut savoir que toutes les expositions de peinture qui seront organisées à l’avenir comporteront des toiles originales et des reproductions. Les prix seront évidemment étudiés.

Farid Benyaa nous révèle qu’il est en train de préparer de nouvelles collections qui comporteront trois thèmes: la musique, la fantasia et les paysages. Souhaitons à notre artiste peintre beaucoup de courage dans l’accomplissement de son projet... et une source d’énergie incommensurable pour ses créations.

Par Nassima C.

Galerie d’art Farid Benyaa 4, rue de Picardie, Les Castors II, Bir Mourad Raïs, Alger.
Horaires d’ouverture de 10 h à 18 h.

ARCHITECTURE ALGERIENNE

«Réconcilier l’art et l’architecture»

Dans cet entretien express, Farid Benyaa nous parle avec passion et amour de sa nouvelle galerie d’art. Pour lui, le domaine de l’achitecture et celui de la peinture sont intimement liés.

Comment avez-vous été amené à ouvrir une galerie d’art à Alger, alors, que vous aviez déjà un atelier?
J’ai effectivement un atelier à Aïn Nâadja. Cet atelier était à la fois un atelier d’architecte et de peinture. Mais, il a cet inconvénient d’être mal situé, dans le sens où l’accès est difficilement repérable. La galerie d’art s’est imposée comme un espace d’exposition. Ce projet d’ouvrir une galerie d’art remonte à trois ans. Il faut savoir que le dessin est une passion d’enfance. Il y a un vase communiquant entre la peinture et l’architecture. La peinture m’a ramené à l’architecture et l'architecture m’a fait découvrir de nouveaux outils en l’occurrence le rapido, l’encre de chine , la peinture déco et l’aérosol. La peinture et l’architecture ne font qu’un. La peinture m’a fait découvrir La Casbah. Mes première œuvres ont porté sur l’encre de Chine. En 1994, j’ai essayé de réconcilier l’art et l’architecture en organisant ma première exposition de peinture à l’hôtel El Djazair. Par la suite, j’ai exposé aussi bien à Alger qu’à l’étranger dont la France, la Turquie et la Suisse.

Cette galerie baptisée à votre nom est unique en son genre dans le sens où elle a regroupé uniquement vos œuvres…
En effet, ma galerie est censée représenter uniquement mes travaux. Pour moi, être galeriste est un métier. En toute sincérité, je ne me sens pas capable de gérer les expositions des autres peintres. Pour organiser des expositions de qualité, il faut beaucoup de temps. Il y a tout un travail à faire, sélectionner les artistes, confectionner les catalogues, préparer les invitations. Cependant, si demain j’ouvrai une porte, cela serait pour les jeunes qui ont besoin d’être encouragés.

Cela va être un challenge que de présenter au public chaque mois une de vos nouvelles expositions de peinture...
Un des actes essentiel de ma galerie repose sur cette obligation de produire davantage. L’un des privilèges que j’aurai, c’est d’effacer mes frustrations. Sitôt l’oeuvre terminée, je pourrai l’accrocher. Cela sera un challenge permanent. Il me faudra un mois pour présenter une nouvelle collection. Pour moi, cette galerie, j’ai voulu lui donner du caractère en essayant de la personnaliser. J’entends par-là qu’une galerie n’est pas un simple espace où on accroche des tableaux. A mes yeux, il est capital de créer une atmosphère de rêve et de convivialité qui prépare l’observateur à pénétrer les œuvres. J’ai cette responsabilité de faire vivre la galerie. Il est important que la technique de travail soit variée de façon à ce qu’elle ne s’essouffle pas. Il faut savoir qu’il y aura des reproductions et des originaux.

Nassima C.

 
Galerie d'Art BENYAA
04, rue de Picardie, les castors II, Bir Mourad Raïs – Alger
Tél : (00213) 21 44 76 65 / Téléfax : (00213) 21 22 11 01
Email : galerie@benyaa.com
 

Avec l'aimable collaboration de
Lion's Club Blida la Source
&

ART ORIENTAL - Online Shop
Online Shop - ART ORIENTAL

Retour à la liste des articles de presse
© Galerie Farid BENYAA - Alger - Algérie