L'artiste plasticien

Parcours

La presse

TV & Radio

Instantanés

 
 
Algérie Galerie d'art


Terres promises

« Terres promises » 

Galerie d'art Benyaa - Récital de poésie
Fadéla Chaïm-Allami
accompagnée de Nourredine Choukas...

 
« La mémoire en mots » est l’intitulé du récital de poésie
de Fadéla Chaïm-Allami auquel nous a conviés
Farid Benyaa, organisateur de l’événement
dans son espace d’art.
 
Poétesse Fadéla Chaïm-Allami

Il y a chez Fadéla Chaïm-Allami comme un cri réprimé : le son refuse de sortir d’une poitrine oppressée où le coeur palpite pourtant de mille vies rêvées. Mais sans doute pas vécues… Comme un oiseau qui refuse de sortir d’une cage à la porte grande ouverte, redoutant les rumeurs de la ville mais qui entonne un chant mélodieux à ravir, la poésie de Mme Chaïm-Allami est un monologue murmuré au coin d’un patio où le soleil se fait avare même s’il n’est guère loin du puits de lumière qui jaillit du ciel.

La ville pour elle est agression, la rue, ses trottoirs, ses bruits. Alger est sa douleur, dans ses venelles tortueuses, sales et inhospitalières. Elle est une nostalgie, un regret, voire une incompréhension. Une promesse non tenue. Une trahison. Oui, l’accusation/ accablement va crescendo dans une parole pourtant retenue et il est alors surprenant que dans ce foisonnement de reproches,
au détour d’un vers, elle confie alors vers l’assistance ces quelques mots sur
« la lettre de rupture d’un amoureux que », n’est-ce pas, nous sommes censés
« avoir tous écrit un jour ? ». C’est alors que s’éclaircit la problématique et se révèle le malentendu : le dépit amoureux infligé par La Ville Blanche, est un mal d’amour qui chez Fadéla Chaïm-Allami, prend corps dans une cité décevante. Le salut est alors dans la terrasse, lumineuse, aérienne, fleurie, et elle s’y accroche de toutes ses forces.

 

Yvan Tetelbom & Nourredine Choukas
... et du comédien Yvan Tételbom...

 

Et puis le cri sort, ardent, énergique, passionné, solaire. Yvan Tételbom entre en scène, articule ses mots à l’arrachée et miracle, la parole de Fadéla s’en trouve
libérée. Son pôle géographique à lui est Port-Gueydon, Azzefoune qu’il retrouve
48 ans après l’avoir quitté adolescent. Il personnifie pour lui la nostalgie qu’il a réussi à vaincre et à abandonner sur les rivages d’une mer nourrissante :
c’est son bain de jouvence. Son innocence retrouvée. La nostalgie peut être une
espérance comme elle peut se révéler toxine. Il en résulte que quan l’une perd ses repères et s’éparpille, l’autre les retrouve de nouveau: la ville-refuge de l’enfance qui devient la ville-traîtresse dans un second temps acquiert des vertus rédemptrices pour Yvan. A chacun sa terre promise...

 
Récital de poésie à la galerie Benyaa
...devant un public attentif.

Fadéla est en attente d’une formule à la chimie plus complexe. Peut-être
r êve-t-elle d’une fusion? Ce jeu contrasté entre la poétesse Fadéla Chaïm-Allami
et le poète et comédien Yvan Tételbom a été rehaussé par l’intervention du musicien Nourredine Choukas qui soulignait de sa guitare les moments forts des
interventions poétiques et rythmait leur souffle. Le récital réalisé à la galerie d’art Benyaa le 16 octobre dernier a été un agréable moment de dialogue entre deux interprétations poétiques complémentaires.

 
Galerie d'art Benyaa - Artistes & Poètes
Au centre l’organisateur de l’événement, Farid Benyaa
Par Samia KHORSI
Retour à la liste des articles de presse
© Galerie Farid BENYAA - Alger - Algérie